Prière pour les chrétiens du Moyen-Orient

AED Avignon

Publicités

Edito Saint Agricol – Janvier 2015

« Le baptême : Epiphanie de la paix et de l’unité »

10891446_743602195722594_1822097911458857918_n

Après avoir invité la Curie romaine à se convertir des dérives non évangéliques du pouvoir et des arrangements de caste lors de son discours de fin d’année, le pape François dénonce avec une belle énergie tout esclavage social. Il montre dans son premier discours de l’année 2015, comment les esclavages modernes sont un scandale qu’il faut et dénoncer de toute nos forces et bannir totalement. Cela concerne tant les plaies de l’église (ce qu’il dit de la Curie peut s’appliquer aussi à chacun de nous) que les modèles de société que nous construisons dans lesquels les esclavages modernes font partie de l’ensemble. Pour tout cela la solution ne peut pas se baser seulement sur le « volontarisme » des politiques ni sur des conversions épidermiques, mais en plongeant dans la grâce du baptême. La cohérence de vie et le sens fraternel ne peuvent pas se fonder sur nos seules forces. « Nous ne devons pas nous demander à nous-mêmes ce que nous ne pouvons pas nous donner » (Saint Augustin Homélies sur la 1 lettre de Jean)

C’est pour cela que dans le premier discours de l’année le pape François a demandé aux présents (de même qu’il l’avait fait l’année dernière) s’ils se rappelaient de la date de leur baptême et s’ils le célébraient. En fait, s’en rappeler et le célébrer est l’occasion d’approfondir le sens de notre baptême. Car c’est effectivement en plongeant dans le don que nous avons reçu de ce sacrement et qui nous est donné chaque jour, que les énergies dont nous avons besoin pour vivre l’évangile avec joie, peuvent nous rejoindre et déborder en nous et dans le monde.

Dans quelques jours nous célébrons le Baptême de Jésus comme conclusion du temps de Noël. Jésus baptisé au Jourdain inaugure le sens profond de notre baptême : Être habités en permanence par l’Esprit. Cette immersion dans l’Esprit produit tous ses fruits au fur et à mesure que nous prenons conscience et que nous reconnaissons sa présence en nous et que nous suivons les traces du Christ. L’Esprit du Christ active en nous et le vouloir et le pouvoir. Lui-même porte à bonne fin en nous ce qu’Il a commencé (Phil 1,). C’est tellement vrai! Il est la force de l’accomplissement soutenu. Dans le pèlerinage de nos vies au fur et à mesure que nous marchons, nous percevons que nos cœurs s’unifient et que la paix, dont le Seigneur dit que personne ne nous pourra nous l’enlever, nous habite.

Le moteur de notre vie paroissiale trouve sa source dans notre baptême vécu et déployé. Cela nous réjouit. Combien d’entre vous, vous en avez fait l’expérience dans les différents secteurs que vous animez. Nous constatons alors que nous pouvons commencer réellement à toucher quelque chose de ce que Paul dit en Galates 3,27-29 : « Il n’y a ni juif ni grec ni esclave ni libre ni homme ni femme ». Nous devenons chacun, de plus en plus lui-même lorsque nous osons répondre personnellement au Christ dans l’Esprit. Ces conséquences du baptême que Paul signale comme la marque des communautés de Galatie, nous commençons à le voir chez nous, fruit de différentes « activations » de notre baptême dans la vie paroissiale.

Nous célébrons également dans ce mois de janvier la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens. Comme c’est beau de voir des germes de communion fleurir par « l’activation » du baptême. Ce n’est pas par le fait de gommer les différences mais en les mettant au service du Corps Entier que l’Unité se réalise. C’est en accueillant pleinement la grâce du baptême « activé » au service du Corps que chacun se déploie et devient de plus en plus lui-même.
Bel itinéraire d’une route jamais finie, mais quelle joie de faire expérience que les plaies de l’humanité et de l’Eglise dont François se fait écho en ce changement d’année trouvent dans le baptême vécu une remarquable puissance de transformation. « Plus forte que la bombe atomique » disait Martin Luther King.

paco esplugues

P. Paco Esplugues, curé

Source: http://www.saintagricol.paroisse84.fr

A propos de livres

« Les minorités créatives.

Le ferment du Christianisme »

Ed. Parole et Silence, 2014

Etienne Michelin (dir.)

9782889183388

« Je dirai que, normalement, ce sont les minorités créatives qui déterminent l’avenir, et en ce sens, l’Eglise catholique doit se comprendre comme une minorité créative ; elle hérite de valeurs qui ne sont pas du passé, mais qui constituent une réalité très vivante et actuelle » (Benoît XVI).

****

La notion de « minorité créative » est une notion dont Joseph Ratzinger a reconnu la pertinence depuis l’année 1970.

Dès son origine le christianisme est constitué en minorité, une minorité d’un type tout à fait unique. La force de son message lui impose de consentir à cette réalité, au point qu’il perd force et pertinence transformatrice lorsqu’il s’installe dans une attitude de « parti majoritaire ».

Prendre à nouveau conscience de ce fait caractéristique de son identité est pour l’Eglise catholique une exigence et une opportunité, toutes deux porteuses d’avenir.

Ce livre peut grandement aider à discerner les engagements à prendre, les occupations à abandonner, les initiatives à soutenir, pour que ces minorités que sont les communautés de disciples du Christ voient jaillir de leur vivre-ensemble la joie qui monte de l’élan missionnaire reçu comme un don, nouveau à chaque instant et fécond.

Etienne Michelin, préface

****

Site de la collection Sorgues : Sorgues_SNDV

Achat : Librairie Clément VI d’Avignon (04.90.82.54.11); on-line sur le site de la Procure:  Minorités créatives, etc.

Ecole de la Mission Saint Paul, 2014-2015

« Journées missionnaires »

Année 2014-2015

Une occasion de se retrouver pour prier, se former et annoncer la Bonne Nouvelle. Le fruit de ce temps donné au Seigneur? La joie de se laisser transformer par l’Amour qu’Il est et devenir ainsi amour pour nos frères.

Programme: Prière, Enseignements, Partage, Mission, Témoignage, école adaptée aux plus petits, et  beaucoup plus…

  • Dates : Samedis 20 décembre, 21 février, 28 mars, 10-19 juillet (Festival d’Avignon)
  • Horaire : 14h00-17h00
  • Dimanche 14 juin (Paella festive de 12h30-15h30)

Quelques photos de la Mission à Pertuis (2007) et à Avignon (2012)

IMG_2008DSCF2147

IMG_2015P1000743

P1000737P1000741

* * *

L’École de la Mission Saint Paul

L’École de la Mission Saint Paul est une structure de formation missionnaire, spirituelle et théologique du diocèse d’Avignon, animée par la Famille Missionnaire Dialogue de Dieu, depuis juillet 2003. Elle a été fondée sous la demande de Mgr. Cattenoz, archévêque d’Avignon, qui a encouragé l’existence de cette structure de formation au service du diocèse.

L’École de la Mission saint Paul accueille, depuis ses débuts, des laïcs, des personnes consacrées et des prêtres, désireux de se laisser imprégner par un élan missionnaire enraciné dans un regard contemplatif. Son but est former des évangélisateurs, qui seront à leur tour des formateurs au service de l’Église diocésaine.

L’ensemble des sessions développe de manière unitaire et intégrative, la vie de prière, la réflexion théologique et l’annonce de l’Évangile au monde d’aujourd’hui. C’est pourquoi on cherchera à se laisser établir par Dieu dans un dialogue permanent avec Lui et à se soutenir dans le dynamisme de transmission de la Parole de Dieu. Ces sessions sont adaptées aux différents âges, afin que tous puissent devenir des témoins joyeux de l’Évangile de Jésus expérimenté dans leurs vies.

L’École propose un Parcours Fondamental de Théologie fondé en septembre 2005 pour répondre aux besoins de formation des participants aux Journées missionnaires : Parcours Fondamental

* * *

Un reportage sur l’Ecole de la Mission a été diffusé sur KTO dans le programme « La Vie des diocèses » avec Mgr. Cattenoz: Video kto (à partir de 15’15 »)

Parcours Fondamental de Théologie 2014-2015

Cours de Théologie pour la Mission

« Que la Parole du Christ réside chez vous en abondance, et que sa paix règne dans vos cœurs » Col 3, 15-16

PC-Asellus

Télécharger ici le tract de l’année 2014-2015 en PDF: PFT_2014-15

HISTOIRE

Le Parcours fondamental de théologie de l’École de la Mission Saint Paul constitue une structure de formation théologique-missionnaire au service du Diocèse d’Avignon. Il a été fondé par la Famille Missionnaire Dialogue de Dieu en septembre 2005, et encouragé par Mgr. Cattenoz, évêque d’Avignon.

ESPRIT

Le but de ce parcours théologique est de nous introduire dans le trésor inépuisable de la foi, d’une façon simple et profonde. Nous parcourons les grandes lignes du mystère chrétien tels qu’ils se manifestent dans la Parole de Dieu et la Tradition, en approfondissant la sagesse de vie qui s’en dégage. Nous ne voulons pas nous limiter à une assimilation théorique, mais plutôt donner des clés spirituelles pratiques, permettant aux étudiants de découvrir que la foi chrétienne répond à leurs besoins les plus profonds, et qu’elle constitue un don immense et joyeux à offrir aux hommes.

A QUI S’ADRESSE-T-IL ?

Le parcours s’adresse à des baptisés qui, ayant une expérience du Christ voudraient la développer et la transmettre et qui participent d’une manière assidue aux « journées missionnaires » de l’École de la Mission Saint Paul. Ce sont des laïcs qui à cause de leurs multiples activités n’ont pas le temps de suivre des cours universitaires, et qui en même temps, par leurs inquiétudes et par la confrontation à laquelle ils se voient soumis dans leurs milieux, ne peuvent pas rester au niveau de formation qu’ils ont reçu dans la catéchèse.

* * *

Pour plus d’informations sur le développement du parcours, contactez: Ecole de la mission Saint Paul, FMDD – 04.90.82.17.87 / connaitrelechrist@yahoo.fr

Témoignages Saint Jacques, mai 2014

Pèlerinage « Quittez vos tongues! »

Pour le pont de l’Ascension

« Ce bout de chemin nous aura initié à la « prière des pieds », la prière qui nous rend pauvre, qui nous met face à nos difficultés et à nos propres limites mais surtout la prière qui nous confie tout entier au Christ. Quel bonheur de partager ces moments! »

Sans titrek
Kassandra

****

Après notre première participation avec mon épouse en 2013, il était inconcevable de laisser filer l’aventure du chemin de St Jacques. Ma présence à cette 2° édition était essentiellement motivée par le désir de revivre ce moment particulier d’intense émotion lorsque le chemin de St Jacques 2013 est devenu Mon chemin de Foi, à la lumière de cette belle prière « Mon Cher Enfant ». Comme cette sensation d’étancher ma soif à la fontaine d’eau fraîche, j’éprouvais le besoin de revenir puiser à la source spirituelle !

Cette 2° édition a tenu toute ses promesses avec, dés le premier jour, la Grace de redécouvrir l’icône du « Retour de l’Enfant Prodigue » affichée dans notre petite chapelle de fortune au gîte du Carmel St Joseph à ST GUILHEM LE DESERT. Les journées de marche se sont succédées, rythmées par les temps de recueillement, de chants, d’échanges fraternels, de repas partagés, de cheminement en silence, d’homélies « survitaminées » du Père Paco pour tenir éveillé le pèlerin fatigué, d’animations au cours desquelles nous redevenions des enfants, oubliant nos soucis d’adultes : le temps d’une soirée nous nous improvisions comédiens dans des compositions hilarantes comme au soir de l’étape à JONCELS !.. Chacun a pu, selon sa forme physique et sous la Bienveillance du Ressuscité, relever le défi de repartir chaque matin pour arriver à LUNAS terme de cet inoubliable Pèlerinage. A ce titre, Alix et Raphaël ont donné un bel exemple de Courage et d’Humilité, source de motivation pour notre pèlerinage dans la vie quotidienne ! Une telle expérience invite à la générosité du cœur, facilitant les échanges dans une ambiance de grande Fraternité !

Merci à Paco notre guide spirituel, à Daniella pour son organisation réglée telle une mécanique de précision, à Cristina, Céline, Ségo pour leurs enseignements personnalisées et l’animation du groupe, à Robert « chef scout » et sa remarquable maîtrise du terrain.

Sans titre

Jean-Louis Bongiraud

*****

J’ai toujours beaucoup entendu parler du chemin de Saint Jacques de Compostelle et chaque fois je me disait: ”Oui, ce serait intéressant de le faire un jour mais pour l’instant… c’est trop fatigant!”
Mais cette année j’ai eu l’occasion de pouvoir dire OUI à cette expérience. Et j’ai fait le bon choix. Pour résumer cette expérience je choisirais trois mots : CHEMIN, FRATERNITÉ et PAIX.
CHEMIN bien sûr parce qu’on a bien marché pendant 5 jours ! On apprend à marcher dès qu’on est tout petit et c’est à cet âge-là qu’on découvre que ce n’est pas quelque chose d’impossible, il suffit de faire le premier pas et après c’est fait ! Mais pendant ce chemin il faut apprendre à cheminer avec le cœur aussi…on s’aperçoit donc que faire le premier pas n’est pas si facile, mais une fois qu’on le fait…Quelle joie de nous voir en marche !!!
FRATERNITÉ parce que pendant le chemin j’ai eu la possibilité de parler avec toutes les personnes de notre groupe, nous avons partagé nos expériences de foi avec une simplicité incroyable, nous nous sommes posés des questions et on a cherché à trouver des réponses ensemble…nous avons vécu ensemble la prière et la messe quotidienne…nous avons vécu une vraie fraternité !!!
PAIX parce que c’est le cadeau que le Ressuscité fait aux Apôtres et qu’il a fait à moi aussi à la fin de ce pèlerinage. Physiquement on est rentré à Avignon donc on pourrait dire que cette expérience est terminée… NON ! C’est maintenant que le Vrai Chemin commence…le Chemin de la Vie ! Il n’y a pas de place pour la nostalgie, cette paix qui vient du Ressuscité nous permet de cheminer dans notre quotidienneté, dans notre extraordinaire vie ordinaire !!

Sans titre (2)

Federica Arolli