A propos de livres…

« Christologie du témoignage dans le concile Vatican II »

Francisco Esplugues Ferrero, Editions du Cerf 2015pacoeff_cerf

« La belle thèse du Père Francisco Esplugues Ferrero Christologie du témoignage dans le Concile Vatican II que j’ai le plaisir de préfacer constitue une contribution de premier ordre à la compréhension et à la réception du Concile qui n’en sont sans doute qu’à leurs débuts.

La plupart des interprétations proposées jusqu’ici étaient élaborées à partir de questions pour ainsi dire extérieures aux textes eux-mêmes. C’était par exemple le cas pour celles qui étaient commandées par l’alternative : continuité ou rupture. De telles problématiques ont eu pour effet de laisser dans l’ombre des aspects essentiels de l’enseignement conciliaire.

Le principe herméneutique qui inspire le présent travail tient en deux propositions : c’est des textes eux-mêmes que se dégagent les vérités à partir desquelles l’ensemble trouve sa vraie signification et son équilibre ; c’est ainsi d’une affirmation christologique majeure que procède l’unité de l’enseignement conciliaire. Nous avons là comme le présupposé et le moteur implicite de l’interprétation qui nous est proposée. Sans doute un tel principe n’est-il pas propre à l’auteur, mais il sera à l’avenir présent dans une majorité de travaux significatifs ».

Cardinal Cottier, de la préface.

***

« On peut analyser un concile œcuménique comme une organisation animée par une mécanique politique. On peut le considérer comme une réunion de la hiérarchie catholique, destinée à trouver le meilleur (ou le moins mauvais) compromis entre des tendances théologiques, pastorales, culturelles, presque opposées. On peut l’aborder comme un recueil de textes de portée dogmatique, disciplinaire, pastorale. On peut le recevoir comme un point de départ, ou un point de rupture, ou encore un accident historique à oublier à tout prix.

Le père Francisco Esplugues Ferrero choisit de considérer Vatican II comme un acte théologique de l’Église catholique en quête de fidélité plus totale à son Seigneur et Époux. Homme d’expérience, missionnaire sous plusieurs latitudes, il est conscient de l’impact qu’une réception plus complète du Concile pourrait avoir sur l’engagement missionnaire de l’Église ; il veut contribuer pour sa part à cette œuvre de réception. Pour y parvenir, il entreprend une recherche fondée sur l’étude patiente et méticuleuse des textes dans leur histoire conciliaire.

Son étude met en lumière un fait indiscutable : de Sacrosanctum Concilium à Dignitatis Humanæ, le Concile lit l’Écriture Sainte dans le but unique de se laisser in-former et trans-former par le Christ, Témoin fidèle et véritable.

La richesse de Vatican II apparaît alors : il ouvre un espace merveilleusement adapté pour susciter, former et soutenir des témoins du Christ pour le monde d’aujourd’hui. Cet espace pourrait être pris en compte bien davantage pour l’organisation de la formation intellectuelle et humaine des candidats au Sacerdoce. Il offre enfin au zèle apostolique de quoi s’orienter, se ressourcer, se convertir peut-être, pour servir l’unique Témoin du Père, dans la force de l’Esprit Saint ».

Etienne Michelin, de l’avant-propos

Pour l’acheter on-line :

http://www.editionsducerf.fr/librairie/livre/17398/christologie-du-temoignage

Publicités

A propos de livres

« Traverser la nuit »

Auteur : Pierre Coulange
Ed. Parole et Silence, juin 2015
Coll. Sorgues du Studium de Notre-Dame de Vie
Dirigée par Etienne Michelin
Sans titre
La nuit est paradoxale. Qui n’a jamais eu peur de la nuit ? Ses ombres isolent, son silence isole, ses bruits inquiètent. Elle évoque la mort.

Qui n’a jamais désiré que le soir tombe, enfin après une journée écrasante ? La paix de la nuit, le repos de la nuit, le recueillement aussi, les rencontres même. La nuit prépare l’aurore.

Explorer les secrets de la nuit est une entreprise utile : nuit de la création, nuit du songe d’Abraham, nuit du combat de Jacob, nuit du passage de la mer rouge, nuit de Bethtléem, nuit de la réssurrection de Jésus.

Fréquenter la nuit mène à percevoir ce qui en fait la richesse et la grandeur : c’est de nuit que l’on s’approche de Dieu, qu’on avance et que se révèle ce que l’homme n’avait pas osé imaginer. La nuit cosmique devient langage de la rencontre mystique.

Lorsque saint Jean de la Croix évoque le nuit obscure, il la chante comme le passage de l’âme vers l’union à Dieu. La marche vers la Rencontre comporte des périodes d’obscurité, d’indigence, de délaissement, de privation, mais elle conduit à la lumière.

N’est-ce pas l’expérience de Marie, la mère de Jésus qui, à travers un chemin obscur, a entretenu en son coeur la vive flamme de l’espérance ?

*******

Site de la collection Sorgues : Sorgues_SNDV

Suggestion de lieu d’achat : Librairie Clément VI d’Avignon : 04.90.82.54.11 ou on-line sur le site de la Procure : Traverser la nuit

A propos des livres…

« Enfin libre ! Sur les pas de Thérèse d’Avila »

Ed. Parole et Silence, mars 2015
Coll. Sorgues du Studium de Notre-Dame de Vie
 Dir: Etienne Michelin
Sans titre
Thérèse d’Avila (1515-1582) est située à la charnière de deux époques. Dans une Espagne soumise par les Maures puis libérée, tournée vers la conquête du nouveau Monde, dans une Eglise d’Occident déchirée par la Réforme, elle parcourt le chemin de la vie intérieure vers la « liberté de la gloire des enfants de Dieu » (Rm 8,21). Son oeuvre (fondations et écrits) transmet une expérience et une pensée organisée, qui traverse les siècles.
Contemplative incomparable, inlassablement active, elle est déclarée Docteur de l’Eglise en 1970 pour sa science de la prière silencieuse. 500 ans après sa naissance, en un temps aussi chaotique que le sien, son message est étonnamment actuel. Ce livre offre une triple opportunité. Il permet de découvrir le contexte de l’expérience thérésienne. Il invite à emprunter l’itinéraire vers la pleine liberté. Il fait percevoir enfin la force et la grandeur de l’Amour, qui veut des oeuvres, encore des oeuvres. Le chemin de la liberté véritable vers un grand amour est toujours ouvert. Sur ce chemin, nous sommes accompagnés.
****
Site de la collection Sorgues : Sorgues_SNDV

Suggestion de lieu d’achat – Librairie Clément VI d’Avignon : 04.90.82.54.11. On-line sur le site de la Procure

A propos de livres

« Les minorités créatives.

Le ferment du Christianisme »

Ed. Parole et Silence, 2014

Etienne Michelin (dir.)

9782889183388

« Je dirai que, normalement, ce sont les minorités créatives qui déterminent l’avenir, et en ce sens, l’Eglise catholique doit se comprendre comme une minorité créative ; elle hérite de valeurs qui ne sont pas du passé, mais qui constituent une réalité très vivante et actuelle » (Benoît XVI).

****

La notion de « minorité créative » est une notion dont Joseph Ratzinger a reconnu la pertinence depuis l’année 1970.

Dès son origine le christianisme est constitué en minorité, une minorité d’un type tout à fait unique. La force de son message lui impose de consentir à cette réalité, au point qu’il perd force et pertinence transformatrice lorsqu’il s’installe dans une attitude de « parti majoritaire ».

Prendre à nouveau conscience de ce fait caractéristique de son identité est pour l’Eglise catholique une exigence et une opportunité, toutes deux porteuses d’avenir.

Ce livre peut grandement aider à discerner les engagements à prendre, les occupations à abandonner, les initiatives à soutenir, pour que ces minorités que sont les communautés de disciples du Christ voient jaillir de leur vivre-ensemble la joie qui monte de l’élan missionnaire reçu comme un don, nouveau à chaque instant et fécond.

Etienne Michelin, préface

****

Site de la collection Sorgues : Sorgues_SNDV

Achat : Librairie Clément VI d’Avignon (04.90.82.54.11); on-line sur le site de la Procure:  Minorités créatives, etc.

A propos de livres

« Je veux voir Dieu »

Nouvelle édition, Ed. Carmel, septembre 2014

Auteur : Père Marie-Eugène de l’Enfant-Jésus, père carme et fondateur de l’Institut Notre-Dame de Vie

sans_titre-6e062-1fdfa

Fruit de 3 ans de travail, cette édition offre :
  • Une mise en page, entièrement nouvelle pour une lecture agréable (pages et caractères plus grands).
  • Une introduction générale de 80 pages proposant et des clés de lecture et tous les renseignements nécessaires à une découverte ou un approfon- dissement de l’œuvre.
  • Un texte entièrement revu sur les manuscrits originaux.
  • Une reprise intégrale du système de références aux auteurs cités par le Père Marie-Eugène, pour une consultation plus aisée.

Pour l’acheter : librairie Clément VI (Avignon) 04.90.82.54.11 ou on-line sur La Procure ou sur Ed. Carmel avec le bon de commande.

A propos de livres

« Vers le bien commun »

Ed. Parole et Silence, août 2014

Auteur: Pierre Coulange

 Bien Commun 2

Sans titre

Etude sur l’un des principes majeurs de la doctrine sociale de l’Eglise. L’auteur interroge la façon dont le bien commun entre en vigueur dans les divers domaines de la vie sociale, l’économie, l’entreprise, le développement de la personne et l’écologie. Ce concept se révèle être une quête permanente qui n’est jamais pleinement satisfaisante.

Collection Sorgues du Studium de Notre-Dame de Vie

Achat on-line: Amazon.fr

A propos de livres

« A la lumière de Vatican II.

Relectures du Visage du Ressuscité du P. Marie-Joseph Le Guillou »

Ed. Parole et Silence, juin 2014

 Gabriel Richi Alberti (dir.)

Auteurs : Mgr. A. Carrasco Rouco – Mgr. P. Chauvet – Card. G. Cottier – J. Prades Lopez – E. Michelin – Mgr. Ch. Morerod – Mgr. de Moulins-Beaufort – G. Richi Alberti – G. Salmeri – Ph. Vallin – I. Velasco Zamarreno
 
Le Visage-Le Guillou
 

Cet ouvrage est un recueil des contributions sur la participation du père Le Guillou aux travaux conciliaires, à partir de la 2e session en 1963, et sur l’apport à la compréhension de la dimension spirituelle, théologique et pastorale du Concile à travers ce qu’il écrit dans « Le Visage du Ressuscité » de la vision centrée sur le Christ et intérieure de Vatican II.

*****

« Le renouveau -pour la nouvelle évangélisation et pour la transmission de la foi- viendra de la redécouverte de Jésus-Christ, de sa vérité et de sa grâce, de son « visage », si humain et en même temps si divin, sur lequel resplendit le mystère transcendant de Dieu » Benoît XVI.

Le Pape fait appel ici à la catégorie du Visage, catégorie dont la racine est profondément biblique. Par là, il nous aide à saisir le lien qui existe entre le Concile Vatican II, la proposition de lecture du Père Le Guillou dans son œuvre d’introduction, et le chemin parcouru par l’Église, guidée par Paul VI, Jean-Paul II et Benoît XVI, durant ces dernières cinquante années.

A travers les diverses interventions de ce Colloque, nous avons pu apprécier la valeur du « Visage du Ressuscité » comme instrument pour entrer plus profondément dans le Concile Vatican II. C’est le désir même de son auteur : « Dégager les lignes de force du Concile, ses arêtes maîtresses, en saisir l’esprit dans son jaillissement créateur, citer les textes conciliaires en gardant la liberté nécessaire pour dépasser leur lettre et les rejoindre dans leurs orientations les plus fondamentales, tel est pour moi l’objet de ce livre« 

Gabriel Richi Alberti

Acheter on-line chez Amazon.com