Janvier 2014

« La date de notre baptême »

Par le P. Paco Esplugues

D2226554_1

Le Pape François insiste fréquemment depuis qu’il a commencé son pontificat à ce que les baptisés connaissent la date de leur baptême. En ce dimanche du baptême du Seigneur il peut alors être très significatif que chacun de nous prenne au sérieux cette invitation pressante. Pour nous-mêmes, pour nos familles ou amis. 

Cela demande une démarche concrète d’aller la demander à nos parents (qui auront facilement oublié) ou la plus part des cas à la paroisse où nous avons été baptisés. Le but de cette invitation du saint Père est sans doute (pas seulement de le fêter, même si cela est beau) mais que, ce faisant, nous entrions dans une démarche beaucoup plus profonde d’apprivoiser le trésor que nous avons reçu.

 En fait, nous contemplons en ce dimanche le baptême de Jésus pour mieux pénétrer la merveille que Dieu a réalisé en s’impliquant pour nous et pour mieux saisir la vraie valeur de notre vie à ses yeux. Faire la démarche de se rappeler de la date de notre baptême et de la fêter chaque année, est sans doute très pédagogique pour nous réjouir avec Dieu et pour commencer à développer les grandes grâces qu’il contient ! Dans l’Eglise la primatie revient au baptême. Toute réforme et approfondissement de l’Eglise, tout renouvellement pour une annonce féconde de l’évangile passe par le libre accueil du baptême reçu, et par l’heureuse entreprise de le déployer dans notre histoire !

 Le pape a repris le thème en sa 1ère catéchèse de l’année : voici quelques extraits :

Pourquoi le baptême n’est pas une formalité : 

« Le baptême n’est pas une formalité, un acte formel de l’Eglise qui sert à donner un nom à un enfant ! C’est un acte qui touche en profondeur notre existence. Un enfant baptisé ou un enfant non baptisé, ce n’est pas pareil. Une personne baptisée ou une personne non baptisée, ce n’est pas pareil. Avec le baptême, nous sommes immergés dans cette source inépuisable de vie qu’est la mort de Jésus, le plus grand acte d’amour de toute l’histoire. Et grâce à cet amour, nous pouvons vivre une vie nouvelle, non plus livrée à la merci du mal, du péché et de la mort, mais dans la communion de Dieu et avec les frères. Ce qu’écrit l’apôtre Paul à ce sujet est éclairant : « Nous tous, qui avons été baptisés dans le Christ, nous avons été baptisés dans sa mort. Par le baptême, nous avons été enterrés avec Lui dans la mort, afin que, de même qu’il est ressuscité des morts par la gloire de son Père, nous aussi, nous puissions marcher dans une vie nouvelle ».

Pourquoi il est important de connaître la date de son baptême :

« Il est important de connaître le jour où nous avons été proprement immergés dans ce courant de salut de jésus [qu’est le baptême]. Cherchez, demandez la date de votre baptême ! La connaître est connaître une date heureuse ! Le risque de ne pas le savoir, c’est de perdre la mémoire de ce que le Seigneur a fait en nous, du don que nous avons reçu. Nous finissions alors par le considérer seulement comme un évènement survenu dans le passé – et encore, pas par notre volonté mais par celle de nos parents – et qui n’a plus aucune incidence sur le présent. »

Ce que la force du baptême rend possible :

« Nous devons réveiller la mémoire de notre baptême. Nous sommes appelés à vivre notre baptême chaque jour, comme réalité actuelle de notre existence. Si nous réussissons à suivre Jésus et à rester dans l’Eglise, malgré nos limites, nos fragilités et nos péchés, c’est vraiment grâce au sacrement par lequel nous sommes devenus des créatures nouvelles et avons été revêtus du Christ. C’est par le baptême, en effet, que libérés du péché originel, nous sommes greffés sur la relation de Jésus avec son Père (…) Grâce au baptême, nous sommes capables de pardonner et d’aimer ceux qui nous offensent et nous font du mal ; de reconnaître dans les derniers et les pauvres le visage du Seigneur qui nous visite et se fait proche (…) et dans le visage des nécessiteux, des souffrants et de notre prochain, le visage de Jésus. Tout cela est possible grâce à la force du baptême ! »

Une chaîne de grâce, un acte fraternel :

« Personne ne peut se baptiser lui-même ! Personne ! Nous avons toujours besoin de quelqu’un qui nous confère ce sacrement au nom du Seigneur. Parce que le baptême est un don qui devient plus grand dans un contexte de sollicitude et de partage fraternel. Le baptême est une chaîne, une chaîne de grâce, où l’un baptise l’autre, puis l’autre un autre et ainsi de suite… C’est est un acte fraternel, un acte de filiation dans l’Eglise. Dans la célébration du baptême, nous pouvons reconnaître les traits les plus authentiques de l’Eglise, qui, comme une Mère, continue à engendrer de nouveaux enfants dans le Christ, dans la fécondité de l’Esprit Saint ».

* * *

Est-il possible que dans notre paroisse cette démarche implique tout le monde ? Il est certain que cette initiative peut nous aider à avancer dans le renouvellement de la grâce reçue et que l’Evangile rejoigne alors davantage de frères et de sœurs.

20130207_1302512

P. Paco Esplugues

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s