Dimanche 21 mars 2010

« Au cœur du mystère pascal :

Des nouvelles relations entre l’homme et la femme »

Source Bulletin-Info St Agricol-St Louis n. 26

 

La préparation de Pâques nous renvoie à un sujet essentiel de la vie humaine: la vérité ou la fausseté des relations de l’homme et de la femme. En Jésus nouvel Adam et en Marie nouvelle Eve, prémices de l’humanité rachetée dans l’amour, s’inaugurent les relations nouvelles que Jésus par sa Pâque nous a obtenues (cf. Préface eucharistique de la Vierge n. 5). Le Carême, espace que la liturgie nous accorde pour apprendre à ne pas « rendre inutile la grâce qui nous est donnée », prend tout son sens lorsque nous nous laissons illuminer en profondeur par ce que l’évangile de ce dimanche nous montre. Ses conséquences sont loin d’être perçues et assimilées dans l’église et la société d’aujourd’hui. Le défi est devant nous !

La différence sexuelle est irréductible et chacun des sexes apporte quelque chose de spécifique dans l’unité de l’humain : « Homme et femme il les créa,  à son image et à sa ressemblance il les créa ». Dans une relation profonde et vraie avec Dieu, l’homme et la femme apprennent à vivre dans l’amour.  Seulement quand il est vrai, cet amour construit et l’un et l’autre, dans une fécondité qui n’est plus réductible ni à l’un ni à l’autre, mais qui les enrichit et les fait atteindre leur plénitude ! La réalité actuelle n’est pas encore totalement signe de ce don qui nous a été fait. La sexualité n’est pas toujours pleinement traversée par le don de Pâques. Il suffit de jeter un coup d’oeil sur la presse des dernières semaines.

Dans l’évangile d’aujourd’hui on voit les effets de la violence fondée sur des « amours courts et profondément effilochés ». La différence est souvent gommée, souvent écrasée. Ici, l’homme qui a fait l’adultère « se cache ». On ne sait rien de lui. Les accusateurs de la femme projettent leurs peurs. L’agressivité de ces hommes (les femmes ne sont pas allées à la lapidation) rend manifeste ce que l’accusation cache, un désir de possession incapable de découvrir la richesse et le droit de chaque femme de déployer son intérieur et sa dignité. Cest justement cela que le Seigneur dans son « silence parlant » va illuminer. Le Christ ne fait pas que pardonner. Il rétablit à la vraie place, il redonne la source intérieure. Celle-ci n’est plus visible aux yeux troubles mais elle est essentielle à la juste relation !

Ces hommes sont renvoyés à leur intérieur, pour se libérer de la violence. Le cœur du Christ fait jaillir en eux un « plus » de vérité qui était caché. Il est «descendu à terre» pour porter sur lui ce qu’ils ne pouvaient pas porter (cf. Is 53). La femme elle, est renvoyée à une espérance qu’elle n’avait plus. Jamais personne ne l’avait regardée avec une telle confiance. Son intérieur s’est réveillé à des sources d’eau vives qu’elle ne soupçonnait pas. Ce qu’elle cherchait dans son "aventure", parce qu’elle ne le trouvait pas en son mari, elle le découvre en elle-même dans ce regard pur du Christ sur elle. Elle ne se perçoit pas aimée en fonction de lui, mais aimée pour «elle-même» (cf. GS 24). En Jésus nouvel Adam et en Marie nouvelle Eve nous rencontrons ce regard et cet amour qui peut guérir nos cœurs et faire de nous des témoins d’un amour pur. Notre terre est assoiffée de cet amour ! Dans la sexualité transformée par l’amour du Christ, quelque chose de l’humanité deviendra paradis. L’Eglise peut-elle en offrir des prémices ? Le défi devient une demande pressante au Seigneur pour ce temps pascal !!!

P. Paco ESPLUGUES

Publicités

Une réflexion au sujet de « Dimanche 21 mars 2010 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s