Dimanche 14 février 2010

 

« Marie dans la vie de l’Eglise : De Lourdes au Mont Carmel »

Source Bulletin-Info St. Agricol-St Louis n. 21

Cette année en fêtant la Vierge de Lourdes, j’ai remarqué qu’en fait, les apparitions de Marie à Bernadette, qui ont commencé le 11 février 1858, ont fini juste le jour de la fête de Notre Dame du Mont Carmel, c’est-à-dire le 16 juillet, et de suite j’ai compris que cela n’était pas dépourvu de signification : Marie ne fait pas qu’apparaître, elle introduit ses fils et ses frères dans la merveille de ce qu’elle vit de Lourdes au Mont Carmel !

A Lourdes la Dame dit à Bernadette « boit à la source », et la petite fille va au Gave pour boire. Et la Dame lui indique un coin où il n’y avait que de la boue… Du coup, en grattant, l’eau est apparue très sale, puis moins sale, et finalement on pouvait y boire l’eau pure de la source que nous reconnaissons aujourd’hui comme miraculeuse. Le miracle le plus profond de cette source est sans doute que Marie nous apprend en Bernadette à accueillir le mystère de « notre boue » comme un lieu où l’eau pure peut jaillir. Marie  ne se nomme pas elle-même seulement comme l’Immaculée Conception, mais elle nous rend capables d’accueillir le don de l’amour pur de Dieu comme elle, source de son cœur immaculé !

Marie du Mont Carmel est la terre de la promesse fécondée par l’Amour de Dieu, qui fait jaillir en elle une réponse d’amour exclusif et total à Dieu, et dans le même mouvement la nouveauté de l’amour humain totalement comblé. La préface de la messe de ce jour-là, parle de Jésus, Nouvel Adam et de Marie, Nouvelle Eve, comme prémices de l’humanité réconciliée dans l’Amour : transformation des relations humaines à partir du mystère de Pâques; source de la communion divine qui touche la terre et la transforme de l’intérieur. Marie immaculée nous permet d’envisager dans nos relations comment le vin nouveau jaillit là où il semblait  n’y avoir que de l’eau (Cana en Galilée) !

Comme dit le Concile Vatican II (cf. LG 63), l’Eglise apprend en Marie à devenir elle-même. Pas seulement en apprenant de l‘extérieur, mais en recevant d’elle la confiance qui permet de faire expérience en notre intérieur de ces merveilles ! Merci encore Marie ! Nous, l’Eglise de ton Fils, nous avons besoin de gratter encore aujourd’hui pour faire jaillir l’eau pure de nos « boues » et du vin nouveau dans nos relations trop insipides ! Accompagne-nous jusqu’au 16 juillet, et si possible plus loin !!!  

 

P. Paco Esplugues Ferrero

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s