Dimanche 3 janvier 2010

« La fête des Rois Mages »

Source: Bulletin St Agricol-St Louis no16

Nous célébrons à nouveau cette année l’Epiphanie. Et ce que nous fêtons c’est la manifestation du Sauveur. Mais nous pouvons nous demander :  Notre monde a-t-il besoin d’un sauveur ? Avons-nous véritablement besoin d’un sauveur ?

Les chemins de l’homme contemporain sont de plus en plus éloignés de la Bonne Nouvelle, au sein d’un monde marqué par la violence et les guerres, un monde qui doute, un monde qui a perdu sa boussole… En somme, un monde qui s’est dangereusement écarté de Dieu ou qui veut s’en faire l’égal. On décrit cela à travers des mots et des expressions qui reviennent souvent : les mécanismes de sécularisation, l’indifférence, le relativisme religieux, la déchristianisation, la multiplication des sectes, l’athéisme, le manque de ferveur dans l’activité missionnaire de l’Eglise, la diminution des vocations, le contre témoignage des chrétiens, la baisse de la pratique religieuse, etc.

Face à ce monde qui a changé et qui nous inquiète, Jean-Paul II n’a pas hésité à dire: «Cette sécularisation actuelle est en vérité un phénomène très grave. Il ne touche pas seulement les individus, mais en quelque façon des communautés entières. Le phénomène de la sécularisation frappe les peuples qui sont chrétiens de vieille date, et ce phénomène réclame, sans plus de retard, une nouvelle évangélisation» (CFL 34)

Jésus, Lui-même, nous demande : « Comme je vous ai aimés, aimez- vous les uns les autres » (Jn 13, 34). Et Il nous dit aussi à la fin de l’Evangile de Saint Matthieu: « Allez donc : de toutes les nations faites des disciples » (Mt 28,19). Ce n’est pas autre chose que ce qu’il a fait pendant toute sa vie. II faut le contempler, dans le silence de la prière pour devenir nous-mêmes les évangélisateurs dont notre monde a besoin. Il s’agit d’abord de nous unir intimement au Christ. Nous découvrirons ainsi, d’une façon vitale, que nous sommes liés avec tous les hommes, par des liens plus forts que ceux de la chair et du sang. Nous ne pourrons plus rester indifférents!

Thérèse de Lisieux, patronne des missions, nous l’enseigne: «Jésus m’a donné un moyen simple d’accomplir ma mission, Il m’a fait comprendre celle parole des Cantiques: ‘Attirez-nous, nous courrons à l’odeur de vos parfums’. O Jésus, il n ‘est donc même pas nécessaire de dire : ‘En m’attirant, attirez les âmes que j’aime !’. Cette simple parole : ‘Attirez-moi’ suffit. L’âme qui se plonge dans l’océan sans rivages de votre amour, attire avec elle tous les trésors qu’elle possède. Et je n’ai point d’autres trésors, c’est vous qui me les avez confiés» (Histoire d’une âme, C, 34r°).

Nous ne sommes pas la source de cet amour. C’est l’Esprit-Saint  qui le fait jaillir en nous, car la mission est d’abord l’œuvre de Dieu et non pas la nôtre. Prions Dieu que ce mystère que nous célébrons aujourd’hui nous fasse brûler, comme les rois mages, de son Amour pour tous les hommes.

Bonne fête à tous :

 

Isabel Velasco Zamarreño

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s