Parole de Vie – 25-10-2009

« L’Eglise, bouge t-elle ? »

Source: Bulletin St Agricol-St Louis n.6

Cette question est apparue cette semaine dans un hebdomadaire chrétien, en faisant référence à un livre publié avec le titre : « Confessions d’un cardinal ». La question est profondément parlante et à la fois profondément ambiguë. Pourquoi est-elle parlante ? Parce que de fait l’Eglise de Jésus est toujours appelée à lui devenir semblable, et elle est toujours sainte mais formée de pécheurs. Le paradoxe en elle-même, dans ses structures et ses institutions, la traverse depuis la première génération chrétienne. Et combien plus aujourd’hui, dans cette époque où la culture médiatique et la blogosphère permet que tout se sache en temps réel dans toute la planète. Les gens disent : L’Eglise ne pourrait-elle pas bouger ? Ne pourrait-elle pas devenir de plus en plus semblable à l’évangile qu’elle proclame ?  Ne pourrait-elle pas dépasser les compromis pour devenir plus authentique au cœur de notre monde ?

L’ambigüité vient sans aucun doute du fait que les informations qui sont diffusées  ne correspondent pas toujours à ce qui se vit. Et si c’est toujours vrai que « l’essentiel est invisible aux yeux », c’est encore plus vrai que les mouvements qui ont été dans l’histoire les plus significatifs, ont toujours commencé d’une façon imperceptible. Ni les médias de l’époque, et encore moins ceux d’aujourd’hui, sont capables de les percevoir.

Récemment, en célébrant la messe dans des catacombes de Rome avec des jeunes étudiants, je ne pouvais pas m’empêcher de penser que dans les rues et les fores impériaux,  à l’extérieur, personne ne soupçonnait ce qui se « cuisinait » dans le sous-sol de la ville. Et, pourtant, la foi de ces hommes et de ces femmes qui priaient le Christ Vivant et le « voyaient parmi eux », a été à l’origine d’un bouleversement très grand. La sainteté, si elle vraie, n’apparaît presque jamais dans les journaux, même si sa force cachée est capable de « faire bouger mille mondes ».

Le Christ Vivant est extrêmement proche de chacun de nous. Nous sommes en Lui et Lui est en nous. La transparence de cette présence se réalise dans le cœur (« Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu »). Il nous a assis à sa table et il est en train de nous servir pour qu’en chacun de nous la force de son amour puisse se manifester. Mais il faut le reconnaître ! Dans le secret de la rencontre quotidienne avec Lui se tisse le même dynamisme qui a transformé l’ « empire » de l’intérieur. Combien de frères et sœurs ne sont pas aujourd’hui en train de préparer dans « leurs catacombes actuelles » un nouveau bond en avant de notre terre avec la force de l’évangile ? Il s’agit de Le voir, dans l’ « épaisseur de nos journées », dans « la liturgie vécue », comme dit le Père Jean Corbon en se référant à la vie de chaque jour, et  de L’accueillir dans tous les événements de la journée. S’offrir en silence dans les réalités les plus quotidiennes.

 Bartimée répondant au  Seigneur lui demande : « Que je voie ! ». Et il a vu. Faisons la même demande ! Alors suivre le Christ sur la route fera « bouger l’Eglise », même si les médias ne se sentiront pas toujours concernés !

Bon dimanche et bonne semaine à tous !

P. Paco Esplugues, mdd

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s