Programme 2016-2017

Image

annee-2016-2017-fmdd

Publicités

Joyeux Noël !

« Puer natus est nobis, et fílius datus est nobis »

pintura-pesebre

« Joie au ciel et paix sur la terre aux hommes, car Dieu les aime »… Quel paradoxe, Noël ! Comment vivre la grande joie annoncée aux bergers et qui a rempli les mages d’émerveillement et, en même temps, être solidaire de la souffrance de l’humanité sous toutes ses formes ? Peut-on goûter la joie de Dieu en oubliant la détresse des hommes ? Cette Nuit, joie et souffrance riment ensemble. Quel paradoxe ! C’est le paradoxe même de Jésus dès sa naissance.

Son Fils bien-aimé, pourquoi le Père nous le donne-t-il ? Pour nous rendre semblables à lui. Il veut nous rendre heureux pour toujours. Nous sommes à son image, il devient homme pour nous déifier, nous faire partager sa vie éternelle, sa vie d’amour. Et pour que nous soyons semblables à lui, il commence par devenir semblable à nous, en tout ce qui est humain. Il devient semblable à nous en tout sauf dans le péché, dont il porte sur lui les conséquences.

C’est ce paradoxe de la joie du Père et de la souffrance de ses enfants que Jésus assume en naissant et il nous invite à le vivre avec Lui. Comment pourrions-nous annoncer aux autres la joie de Dieu qui vient les sauver sans être attentifs à partager la détresse qui les accable ? Pour apporter aux autres un peu de paix, on ne peut pas faire semblant en se contentant de paroles, il n’est qu’un chemin de vérité, celui de Jésus. Commençons par vivre avec Lui notre propre souffrance et de Lui nous apprendrons comment porter celle des autres.

Ce n’est pas du sentiment mais la réalité toute nouvelle qui nous est donnée depuis cette nuit lumineuse : Jésus assume la détresse, les turpitudes et la mort de tous les humains, elles deviennent les siennes et par lui s’ouvrent sur la vie au lieu de se replier sur la mort. Si nous consentons à être unis à Lui, nous partagerons la souffrance des autres d’une manière divine. Notre salut est dans le Sauveur qui vient de naître.

Merci pour votre amitié et joyeux Noël !

Famille Missionnaire Dialogue de Dieu

A propos de livres…

« Christologie du témoignage dans le concile Vatican II »

Francisco Esplugues Ferrero, Editions du Cerf 2015pacoeff_cerf

« La belle thèse du Père Francisco Esplugues Ferrero Christologie du témoignage dans le Concile Vatican II que j’ai le plaisir de préfacer constitue une contribution de premier ordre à la compréhension et à la réception du Concile qui n’en sont sans doute qu’à leurs débuts.

La plupart des interprétations proposées jusqu’ici étaient élaborées à partir de questions pour ainsi dire extérieures aux textes eux-mêmes. C’était par exemple le cas pour celles qui étaient commandées par l’alternative : continuité ou rupture. De telles problématiques ont eu pour effet de laisser dans l’ombre des aspects essentiels de l’enseignement conciliaire.

Le principe herméneutique qui inspire le présent travail tient en deux propositions : c’est des textes eux-mêmes que se dégagent les vérités à partir desquelles l’ensemble trouve sa vraie signification et son équilibre ; c’est ainsi d’une affirmation christologique majeure que procède l’unité de l’enseignement conciliaire. Nous avons là comme le présupposé et le moteur implicite de l’interprétation qui nous est proposée. Sans doute un tel principe n’est-il pas propre à l’auteur, mais il sera à l’avenir présent dans une majorité de travaux significatifs ».

Cardinal Cottier, de la préface.

***

« On peut analyser un concile œcuménique comme une organisation animée par une mécanique politique. On peut le considérer comme une réunion de la hiérarchie catholique, destinée à trouver le meilleur (ou le moins mauvais) compromis entre des tendances théologiques, pastorales, culturelles, presque opposées. On peut l’aborder comme un recueil de textes de portée dogmatique, disciplinaire, pastorale. On peut le recevoir comme un point de départ, ou un point de rupture, ou encore un accident historique à oublier à tout prix.

Le père Francisco Esplugues Ferrero choisit de considérer Vatican II comme un acte théologique de l’Église catholique en quête de fidélité plus totale à son Seigneur et Époux. Homme d’expérience, missionnaire sous plusieurs latitudes, il est conscient de l’impact qu’une réception plus complète du Concile pourrait avoir sur l’engagement missionnaire de l’Église ; il veut contribuer pour sa part à cette œuvre de réception. Pour y parvenir, il entreprend une recherche fondée sur l’étude patiente et méticuleuse des textes dans leur histoire conciliaire.

Son étude met en lumière un fait indiscutable : de Sacrosanctum Concilium à Dignitatis Humanæ, le Concile lit l’Écriture Sainte dans le but unique de se laisser in-former et trans-former par le Christ, Témoin fidèle et véritable.

La richesse de Vatican II apparaît alors : il ouvre un espace merveilleusement adapté pour susciter, former et soutenir des témoins du Christ pour le monde d’aujourd’hui. Cet espace pourrait être pris en compte bien davantage pour l’organisation de la formation intellectuelle et humaine des candidats au Sacerdoce. Il offre enfin au zèle apostolique de quoi s’orienter, se ressourcer, se convertir peut-être, pour servir l’unique Témoin du Père, dans la force de l’Esprit Saint ».

Etienne Michelin, de l’avant-propos

Pour l’acheter on-line :

http://www.editionsducerf.fr/librairie/livre/17398/christologie-du-temoignage

A propos de livres

« Traverser la nuit »

Auteur : Pierre Coulange
Ed. Parole et Silence, juin 2015
Coll. Sorgues du Studium de Notre-Dame de Vie
Dirigée par Etienne Michelin
Sans titre
La nuit est paradoxale. Qui n’a jamais eu peur de la nuit ? Ses ombres isolent, son silence isole, ses bruits inquiètent. Elle évoque la mort.

Qui n’a jamais désiré que le soir tombe, enfin après une journée écrasante ? La paix de la nuit, le repos de la nuit, le recueillement aussi, les rencontres même. La nuit prépare l’aurore.

Explorer les secrets de la nuit est une entreprise utile : nuit de la création, nuit du songe d’Abraham, nuit du combat de Jacob, nuit du passage de la mer rouge, nuit de Bethtléem, nuit de la réssurrection de Jésus.

Fréquenter la nuit mène à percevoir ce qui en fait la richesse et la grandeur : c’est de nuit que l’on s’approche de Dieu, qu’on avance et que se révèle ce que l’homme n’avait pas osé imaginer. La nuit cosmique devient langage de la rencontre mystique.

Lorsque saint Jean de la Croix évoque le nuit obscure, il la chante comme le passage de l’âme vers l’union à Dieu. La marche vers la Rencontre comporte des périodes d’obscurité, d’indigence, de délaissement, de privation, mais elle conduit à la lumière.

N’est-ce pas l’expérience de Marie, la mère de Jésus qui, à travers un chemin obscur, a entretenu en son coeur la vive flamme de l’espérance ?

*******

Site de la collection Sorgues : Sorgues_SNDV

Suggestion de lieu d’achat : Librairie Clément VI d’Avignon : 04.90.82.54.11 ou on-line sur le site de la Procure : Traverser la nuit

NEWS : Journey-Randonnée

blog 2

Chers amis,

L’Association Journey entame un nouveau projet: Journey-Randonnée. Vous pouvez désormais connaître cette initiative sur le nouveau blog (encore en construction): https://journeyrandonnee.wordpress.com/

Dans ce blog vous trouverez des photos, des témoignages, etc. des « aventures » déjà entreprises. Un cheminement de foi par la découverte de la nature et par l’écoute de la Parole de Dieu dans la joie de marcher ensemble, toujours en avant.

« Tout est question de toujours marcher en avant,

Se déplacer vers quelque chose de plus grand et de plus beau de ce que nous avons connu jusqu’à présent.

La vie est un pèlerinage, elle est faite de joies et de peines, de succès et d’échecs.

Elle est un défi et une découverte…

Un Journey ! Ensemble ».

****

Contact: Daniela Weddle – 06.17.41.55.49, e-mail: daniela.weddle@gmail.com